Traitement des asymétries mammaires

Les différents types d'asymétrie mammaire
Les causes de l’asymétrie mammaire
Les différents types d'asymétrie mammaire

Le Pectus Excavatum peut être à l’origine de défauts de la poitrine des femmes : convergence, divergence ou asymétrie. Le Syndrome de Poland est aussi souvent associé à une asymétrie, avec parfois un phénomène de seins tubéreux. Les implants mammaires ne sont pas une solution en 1ere intention : la déformation thoracique doit être corrigée avant tout.

Convergence, divergence, asymétrie
La correction de l'asymétrie mammaire.
Correction de l‘asymétrie mammaire par implant 3D sur-mesure

Il est donc nécessaire de procéder en 2 temps : d'abord la pose de l’implant thoracique sur mesure, et 6 mois après environ, la pose des implants mammaires si nécessaire. Parfois la correction thoracique peut suffire à rétablir la poitrine. Si les implants mammaires sont déjà en place au moment de l’intervention, il peut être nécessaire de les retirer.

> En savoir plus sur l’intervention du Pectus Excavatum

> En savoir plus sur l’intervention du Syndrome de Poland

Priorité à l'implant thoracique.
Correction de l‘asymétrie mammaire par implant 3D sur-mesure

Avantages

Une technique indispensable avant la pose éventuelle d’implants mammaires
Permet de reprojeter la poitrine, parfois sans recours aux implants mammaires

Résultats

  • Atteinte d’un pectus excavatum profond asymétrique, j’ai beaucoup souffert psychologiquement, surtout à l’adolescence. On m’a d’abord proposé la sternochondroplastie, mais cette technique m’a découragée par son côté invasif. Puis on m’a conseillé la pose d’un implant thoracique. J’ai très bien supporté l’opération, le plus long : retrouver les sensations au niveau de la poitrine. Je suis stupéfaite du résultat qui a changé ma vie, j’ai enfin une poitrine normale, j’ai retrouvé ma féminité, je peux enfin choisir un soutien-gorge qui me plaît et oser les décolletés !! Je ne peux qu’encourager ceux qui en souffrent à franchir le cap. Je suis enfin heureuse. 

    Sarah, 34 ans, Arras
  • Avant mon opération, j’étais très complexée, car le creux entre ma poitrine était tellement important, qu’il ne faisait quasi pas ressortir ma poitrine. J’avais entendu que cette pathologie pouvait se faire traiter en mettant des plaques, vis, en cassant le sternum, mais il était hors de question de subir cela. On m’a alors conseillé la technique de pose d’implant. Je suis pleinement satisfaite d’autant que j’ai fait poser les implants mammaires 2 ans après. Les 2 opérations m’ont permis de ne plus être complexée et de me sentir « femme », car j’ai une poitrine, chose que je n’avais pas avant.

    Mélanie, 35 ans, Orléans