Traitement du Pectus excavatum

Pectus Excavatum - Pathologie
La pathologie
Pectus Excavatum - Pathologie

Le Pectus Excavatum, ou thorax en entonnoir, est une déformation du thorax caractérisée par une dépression médiane ou latéralisée du sternum. Le Pectus Excavatum est présent chez 1 à 2% de la population. C’est la malformation thoracique congénitale la plus fréquente avec une incidence de entre 1/300 et 1/1000 naissances selon les sources. Chez la femme, le pectus excavatum peut s’accompagner d’une déformation ou asymétrie mammaire. Il n’y a pas   de retentissement cardiaque ou respiratoire sauf dans des cas très exceptionnels. La gêne est d’ordre psychologique quelque soit l’âge. Actuellement, seulement 15% des personnes porteuses d’un Pectus Excavatum se font opérer.
> Voir la vidéo

1 à 2% de la population touchée
L'intervention du Pectus Excavatum
Pectus Excavatum - Intervention

L’intervention du Pectus se déroule sous anesthésie générale, elle dure en moyenne 1 heure. Le chirurgien prépare la loge à la taille de l’implant après avoir réalisé une incision médiane verticale de 7 cm. L’implant est glissé dans la loge en sous musculaire en position profonde après désinsertion musculaire médiale, ce qui lui permet d’être totalement invisible. La fermeture se fait en 3 plans avec surjet intradermique au fil résorbable. La durée d’hospitalisation est de 3 jours.

Trouver un chirurgien référent

 

3 jours d'hospitalisation
Pectus Excavatum - Intervention
Pectus Excavatum - Suites opératoires
Les suites opératoires
Pectus Excavatum - Suites opératoires
  • Suites de l’intervention peu douloureuses: traitement par antalgiques simples.
  • Peu de soins post-opératoires: points résorbables, pas de drains, seulement un pansement pendant 8 jours et port d’une brassière de contention pendant 1 mois.
  • Consultation de contrôle à 8 jours avec ponction du sérome
  • Arrêt de travail pendant 15 jours et restriction du sport pendant 3 mois
Suites d'intervention peu douloureuses

Avantages

La conception par ordinateur (CAO) de l'implant sur mesure présente de nombreux avantages pour le patient atteint de Pectus Excavatum, car elle s’adapte parfaitement au site receveur :

Pose de l'implant facilitée, stabilité parfaite de l’implant : pose en sous musculaire.
Résultat esthétique affiné : bords de l'implant invisibles
Implant définitif : silicone polymérisé (gomme de silicone et non pas gel de silicone)
Intervention beaucoup moins lourde que pour les techniques orthopédiques type Ravitch ou Nuss: une seule intervention d’environ 1 heure, 3 jours d’hospitalisation
Suites opératoires peu douloureuses : traitement par antalgiques simples
Risques d’hématomes très faibles : pas de drain
Reprise de l’activité rapide : 15 jours pour le travail et 3 mois pour le sport
Prise en charge de cas complexes facilitée: reprise de Ravitch, de Nuss, pectus profonds latéralisés ou en partie basse, reprise sur prothèse mammaire implantée…

Résultats

  • N’étant plus gêné de me mettre torse nu, je peux aller à la plage, à la piscine et je viens même de terminer une cure thermale. Toutes activités que je m’interdisais avant l’intervention de mon Pectus Excavatum. La cicatrice est pratiquement devenue invisible et le ressenti de l’implant très faible. Mon seul regret est de commencer à vivre sereinement à 65 ans. Mais enfin mieux vaut tard que jamais.

    Claude, 65 ans, Soustons, France
  • Atteinte d’un Pectus excavatum asymétrique, un spécialiste à Bordeaux me dit que c’est la technique de Nuss qui semble la plus adaptée. J’ai souffert énormément lors de la 1ère intervention et le résultat esthétique n'était pas au rendez-vous. Plusieurs mois après l’intervention la barre s'était déplacée presque à la verticale. On me réopère d’urgence pour replacer la barre, mais elle n'est encore à sa place. Un an après je ressens toujours des douleurs et surtout de la gêne et je me fais réopérer pour enlever la barre. Le pectus excavatum est toujours présent. On me parle alors d’un spécialiste à Toulouse qui utilise des prothèses faites sur mesure. Je me décide à sauter le pas et je ne suis restée que 3/4 jours à l'hôpital. Les douleurs post-opératoires sont limitées et je n'ai subi que 2 ponctions (indolores). Je ne ressens pas de gêne et la récupération est rapide. Les résultats esthétiques sont excellents et visibles dès la sortie de l’opération. La cicatrice est très fine et presque invisible quelques mois plus tard. Depuis, je me suis ouverte psychologiquement et j’ai repris le sport. Je revis !

    Mélissa, 19 ans, Charente-Maritime